À nos ennemis

Un mariage arrangé entre Michaux et le butô

Trois nationalités, quatre points de vue. Nous avons trouvé un point de concordance autour d’un mouvement de transformation. Nous sommes partis du principe que Michaux saurait agir sur nous, que nous serions ses marionnettes conscientes et précises, ses créations. Nous avançons vers ce que Michaux a rêvé dans ses tiraillements intimes, dans ses projections loufoques, dans ses affaissements. Le butô est pour nous un moyen d’y arriver.
Deux danseurs, une voix et un violon Hugo Lacasse et Nadia Bravo se sont rencontrés au Mexique lors de leur pratique du butô. Hélène Lacoste et Solène de Finance les ont rencontré par la suite à Strasbourg. Ce  projet de la compagnie Plus d’une voix naît d’un goût du texte associé à la performance.

© photo Craig Whitehead

Hélène LACOSTE

Comédienne et auteure

Hélène LACOSTE

Elle commence sa formation théâtrale au conservatoire de Roubaix. À partir de 2009, elle se forme à l’école du Teatro Della Pioggia en Toscane, dans l’école de Jerzy Grotowski. Elle étudie ensuite la méthode de l’Actor Studio auprès de Michael Kroutov à Strasbourg de 2011 à 2013. Elle s’implique dans de nombreux workshops notamment auprès de Lina Prosa, Dominique Guibbert ou Fred Cacheux.

 

Elle fonde en 2015 la compagnie « Plus d’une Voix » en écho avec l’expression plus d’une langue de Derrida. En 2016, elle crée le spectacle Tombe de sommeil avec le philosophe Jean-Luc Nancy, créé à la Maison de la Poésie à Paris et représenté au MAMCS à Strasbourg. En 2017 elle crée avec deux danseurs butô le spectacle À nos ennemis à partir de textes de Michaux, dont la création s’est faite au CEAAC de Strasbourg. En 2017 Hélène Lacoste est comédienne dans le spectacle Ce jour-là, adaptation d’un texte de Maupassant. En 2018, elle est aussi assistante à la mise en scène auprès de Marion Granjean dans la compagnie les Anges Nus pour la création de Quiprocosmos, créé au TAPS de Strasbourg en janvier 2019. En janvier 2020, elle sera comédienne dans Phèdre, sous la direction de Serge Lipszyc.

Nadia BRAVO

Danseuse

Nadia BRAVO

Danseuse contemporaine d’origine mexicaine, elle commence ses études de ballet classique à l’âge de 7 ans dans une école certifiée par la Royal Academy of Dance de Londres. Elle continue ses études dans la licence de danse contemporaine à l’université UMSNH de Morelia au Mexique. Elle écrit un mémoire sur la danse Butô au Mexique, elle se forme dans cette danse avec Natsu Nakajima et Hiroko et Koichi Tamano, mais principalement avec Diego Piñón, un professeur mexicain qui a développé le “Body Ritual Mouvement/Butoh Ritual Mexicano”.

 

Ses premières expériences dans cette danse ont profondément changé la vision qu’elle avait du corps et du mouvement. En 2014 elle reçoit une bourse du gouvernement mexicain pour des jeunes créateurs avec laquelle elle étudie le Butô et parallèlement elle crée son solo “Fil, hilo de sangre y tierra”.
Elle s’établit en France en décembre 2016 et rapidement elle s’associe à la compagnie pour «À nos ennemis».

Solène DE FINANCE

Violoniste

Solène DE FINANCE

Elle commence le violon à l’âge de 8 ans au conservatoire de Besançon. À la fin de sa formation classique, elle participe à un projet de musique répétitive et improvisée, projet qui marquera un tournant dans sa manière d’aborder l’instrument. Elle décide de s’ouvrir à l’improvisation en passant par le jazz, à l’ENM de Villeurbanne et avec Richard Altier à Montpellier. Elle expérimente également le violon au sein d’un ensemble latin-jazz au CEDIM de Strasbourg.

 

Elle affectionne également la musique improvisée plus libre en lien avec son désir intense d’expression. Son envie insatiable de nouvelles expériences musicales et artistiques l’amène aujourd’hui à participer à un projet alliant corps, musique et poésie.

Hugo CORNU

Danseur

Hugo CORNU

Il se passionne très tôt pour le clown et le mime. Adolescent il participa à des projets de danse dans l’un desquels il tint la vedette. Il s’intéressera pendant un temps à l’art plastique puis à la photo et à la vidéo.

 

Après une pause responsabilités et famille, il renouera avec le mime de l’école Etienne Decroux, le clown Francine Côté, mais plus sérieusement le butô, danse japonaise, et plus sérieusement encore le bûto rituel mexicain de Diego Piñon.

 

Accessoirement il se passionne pour le théâtre d’ombre alliant one man show et performance.